Le renard dans le Finistère : une espèce menacée avec la gale sarcoptique ?

vendredi 9 février 2018
popularité : 43%

Le point sur cette épizootie avec le Dr Vétérinaire Pierre Menez, administrateur à la Fédération départementale des chasseurs, correspondant du réseau SAGIR (Réseau de surveillance épidémiologique de la faune sauvage en France).

Prever
De nombreuses personnes, ruraux, chasseurs, agriculteurs ont observé ces derniers mois de nombreux renards malades ou encore des cadavres. Pouvez-nous nous expliquer l’origine de ce fléau ?

P. Menez L’origine de cette maladie : la gale sarcoptique.
Les symptômes des renards malades se résument dans la règle des ‘’3 P ’’ :
Peau modifiée, Prurit intense (= démangeaisons), Poils qui chutent
La gale est due à un acarien du genre Sarcoptes Scabei qui se décline en plusieurs types : canis (chien), vulpis(renard), suis (porc), ovis (mouton). Certaines de ces souches pourraient se transmettre à d’autres espèces : canis au renard, vulpis à l’homme.JPEG

Cet acarien de 0,3 mm de diamètre creuse des galeries sous la peau de l’animal où la femelle pond des œufs qui donneront naissance à des larves devenant adultes au bout de 14 jours. La prolifération des sarcoptes crée des lésions aggravées par l’animal lorsqu’il se gratte dans lesquelles prolifèrent staphylocoques, et streptocoques. Il s’ensuit une infection sévère pouvant entrainer une septicémie ou encore une intoxication rénale conduisant à la mort de l’animal.

Prever
En cas de découverte d’un animal mort que doit-on faire ?
P.M. 
Que ce soit à la chasse ou dans la vie de tous les jours il est impératif de ne pas manipuler l’animal à mains nues. Le port de gants s’impose. Il faut éviter que les chiens entrent en contact avec le renard qui devra être enterré profondément. Il est également possible d’aviser la fédération au 02 98 95 85 35 pour obtenir des informations, ou de compléter l’enquête en ligne disponible sur le site de la FDC29 dans la rubrique « Enquête et Infos Pratique » dans l’onglet « Enquête gale ».
Dans tous les cas il convient de se laver les mains méticuleusement au plus vite puis de bien surveiller les chiens ayant été en contact avec ce type de cadavre.JPEG

Prever
Pourquoi cette pandémie apparue depuis 4-5ans sur notre territoire ?
P.M.
La gale sarcoptique a toujours existé normalement chez le renard, les animaux acquérant une certaine immunité naturelle ce qui empêche l’explosion de la parasitose. De même les hivers rigoureux réduisent sensiblement l’extension de la maladie. Or depuis quelques années les hivers sont doux et humides : la pandémie bien plus forte sur toute la façade atlantique que dans l’est de la France traduit bien cette réalité. La jeune population de renards qui n’a pas pu acquérir une immunité naturelle est donc condamnée.

Prever
Comment cette épizootie peut-elle s’arrêter ?
P. M.
Progressivement la population sensible va régresser, ce qui commence déjà à se vérifier. Quelques individus ayant créé leur propre immunité survivront ce qui permettra à l’espèce de recoloniser nos campagnes. Ce phénomène s’est déjà vérifié dans le passé : raréfaction de la population de renards atteints de gale sarcoptique puis renouveau de la population.

Prever
Que dire aux agriculteurs rencontrant fréquemment des renards malades dans leurs hangars, étables … ?
P. M.
Seuls les chiens et les loups peuvent contracter cette gale sarcoptique. Les bovins et les ovins sont à l’abri d’une contagion de ce type de gale. Un rappel de recommandation : en cas de découverte d’un animal malade ou mort appliquer les consignes sanitaires évoquées ci-dessus.


Portfolio

JPEG - 125.9 ko