PARTAGER LA ROUTE

Des engins agricoles à des fins non-agricoles
mardi 16 avril 2019
popularité : 52%

PARTAGER LA ROUTE
Des engins agricoles à des fins non-agricoles

Le Pays de Brest est reconnu pour ses paysages naturels remarquables. Il attire ainsi de nombreux habitants et touristes venus profiter de ce cadre de vie.
C’est aussi un lieu de travail des agriculteurs. L’agriculture occupe une place centrale sur ce territoire mais est parfois mal perçue et des conflits d’usage peuvent apprearaît.
Pour cette raison l’association PREVER et Rés’Agri Finistère ont réalisé un guide sur ‘’ Les règles du bien vivre ensemble en milieu rural’’.* Édité pour l’instant par la CCPI en 25 000 exemplaires nous souhaitons pouvoir le diffuser auprès des habitants des autres Communautés de Communes ainsi que lors des diverses manifestations organisées par le milieu agricole (portes ouvertes, événements locaux, visites d’exploitations pour les scolaires…)

Lors du travail préparatoire de ce document, quelques acteurs du territoire nous ont fait remarquer qu’un nombre croissant d’ensembles agricoles (tracteurs et remorques) circulait sur nos routes.
Une partie non négligeables de ces attelages concerne des activités non-agricoles, notamment le transport de déchets issus des activités urbaines, périurbaines (déchets inertes de démolition, boues de stations d’épuration..) ou encore issues des industries de l’agro-alimentaire ….
A titre d’exemple, parmi d’autres, l’ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) des Abers à Ploudaniel nous présente ses activités.

En dehors de ses fonctions d’entreprise de travaux agricoles auprès des agriculteurs, cette société réalise diverses autres prestations avec tracteurs et remorques : travaux publics avec les terrassements, transports de gravats mais aussi de déchets verts. C’est cette activité que nous présentons plus en détails.
L’ETA des Abers travaille avec les établissements THEAUD de Saint Méen Le Grand en Ille et Vilaine sur les plates-formes de stockage et de traitement de nos déchets verts des 3 communautés de communes suivantes : CLCL, CCPA et Haut Léon Communauté. L’entreprise THEAUD réalise le broyage et le criblage des végétaux verts tandis que l’ETA des Abers prend en charge le transfert des machines de THEAUD d’un site à l’autre ainsi que la collecte et la revalorisation des déchets verts broyés vers les stations de compostage.

Le broyage des déchets verts

Un volume de déchets impressionnant...

L’entreprise rayonne sur les déchetteries de trois Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) :
dans le Haut Léon sur celles de l’île de Batz, de Ty Korn à Plougoulm et celle de Cléder. Chaque année ce sont de 9 à 10 000 tonnes qui y sont traitées ;
sur la Communauté Lesneven-Côte des Légendes (CLCL) avec les sites de Guissény, Kerlouan et Lesneven qui génèrent 12 000 tonnes de déchets verts par an ;
enfin sur la Communauté de Communes du Pays des Abers (CCPA) qui représente un volume de 17 000 tonnes par an sur les sites de Plouguerneau, Bourg Blanc, Lannilis, Landéda, Plouguin, Le Drennec, Kersaint Plabennec et Plabennec.

générateur d’emplois ...

Cette activité mobilise en moyenne pour l’ETA des Abers 1,5 personne à l’année et jusqu’à 2 à 3 personnes de mars à octobre.
Le débit des chantiers de broyage et de criblage atteint 40 à 50 tonnes par heure soit deux remorquées. Broyage et criblage se trouvent malheureusement ralentis lorsque des indésirables se mêlent aux déchets verts : plastiques, bois d’œuvre, ferraille, grillages … Ces incivilités sont plus fréquentes dans les déchetteries non surveillées !

Le criblage des broyats

Les broyats doivent être enlevés dans les 48 heures après le traitement qui s’effectue du lundi au jeudi. Tout est pesé avant le transfert vers les sites de compostage car la facturation s’effectue au poids.

de kilomètres, de carbone ...

Le transport s’effectue par remorques de 24 tonnes équipées de 3 essieux. Pour la seule ETA des Abers cela représente 35 000 kilomètres par an. Pour la CCPA le transport des déchetteries vers la la station de compostage Accor à Plouvien représente 14 500 kilomètres par an avec 8 à 10 voyages par jour. Un voyage de Plouguerneau à Plouvien prend environ une heure.

et d’énervements

En plus du bruit et odeurs lors du chargement les chauffeurs nous font part des attitudes pour le moins désagréables de certains automobilistes lors des dépassements : coups de klaxons rageurs, nez pincés, voire bras d’honneur !
Ceux-là oublient sans aucun doute que ce sont les déchets de leur jardin que transporte l’entreprise.

Peut-être qu’un panneau signalétique à l’arrière de la remorque - « Je transporte vos déchets » limiterait-il ce type de comportement ? Une autre piste consiste sans doute à ce que chacun réduise le poids de ses déchets : les tontes de pelouse et celles des haies font un bon paillage. C’est autant de matière verte qui ne prendra pas la route ! Autant de messages fréquemment relayés par les EPCI incitant chacun à composter un maximum de ses déchets tout en soulignant le coût de ce volet de traitement des déchets verts pour la collectivité.

* :Iroise magazine N° 67 avril 2019, le trimestriel de Pays d’Iroise Communauté
http://www.pays-iroise.bzh/magazine
Vous pouvez consulter le dépliant "Bien Vivre ensemble en Pays d’Iroise" sur le site de Prever


Commentaires

Logo de Arnaud
mardi 23 avril 2019 à 22h13 - par  Arnaud

Bonjour, je suis motard je roule tous les jours sur les routes du pays d’iroise, les tracteurs ne me gêne pas et surtout pas les agriculteurs qui y travaille durement, mais les très très nombreuses routes recouvertes de terre, très rarement signalées et jamais nettoyées ( contrairement au bon usage prôné par votre document) ne facilite certainement l’image d’un partage de nos routes.
cordialement
arnaud