Rémunérer les agriculteurs pour services environnementaux ?

jeudi 15 mars 2018
popularité : 46%

Payer pour des services environnementaux rendus par les agriculteurs est-ce la voie à privilégier pour préserver la nature et l’homme dans la nature ?
C’est le pari lancé par Alli’Homme avec l’objectif de conclure des contrats environnementaux entre agriculteurs et entreprises engagées dans la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), comme cela a été annoncé lors du carrefour des gestions locales de l’eau à Rennes en janvier dernier.

Des entreprises -près d’une centaine en Bretagne et Pays de Loire - engagées dans cette démarche de RSE, ont pour ambition de répondre aux principes du développement durable, avec pour devise protection de l’environnement, réduction des émissions polluantes, amélioration de l’image des produits, inclusion sociale, le tout permettant un meilleur développement. Le pari d’Alli’Homme est de trouver des entreprises qui seraient preneuses de services environnementaux principalement supportés par les terres agricoles grâce à la gestion quotidienne des agriculteurs.

L’association Alli’Homme, présidée par Hervé Sevenou, agriculteur et membre du bureau de la Chambre d’Agriculture du Finistère souhaite que la plus-value générée par ces services au niveau financier et au niveau de l’image soit partagée par les entreprises et les agriculteurs.
Par contre les agriculteurs souhaitent que la mise en œuvre de ce nouveau concept soit gérée par les agriculteurs eux-mêmes’’

Alli-Homme, créée par assemblée Générale le 12 janvier dernier, va ainsi se positionner comme guichet unique en Bretagne pour proposer, établir les contrats et rechercher les agriculteurs qui peuvent agir sur un territoire et les entreprises de ce même territoire. Ces contrats pourront concerner la gestion des zones humides, des bordures de champ ou des bocages, l’amélioration de la biodiversité par des pratiques favorisant la faune et la flore sauvages ou encore grâce à des actions se répercutant sur le climat…
Les services rendus par ces pratiques permettront de répondre aux exigences des entreprises sur la transition énergétique, la régulation climatique, l’économie circulaire et de territoire….

(cliquez pour agrandir)

Le souhait du Conseil d’administration est de s’appuyer sur un conseil scientifique composé de membres d’associations, d’Instituts de Recherche, d’experts et de juriste.
Notre souhait est de proposer des contrats à objectif de résultat et d’une durée suffisamment longue pour que l’agriculteur puisse être acteur à part entière et mesurer lui-même les résultats intermédiaires de son engagement en effectuant son propre autodiagnostic.
Notre ambition est de sortir d’une démarche réglementaire, comme nous la connaissons aujourd’hui et permettre à l’agriculteur d’être responsable face à ses choix d’exploitation et à ses valeurs.

Le paiement pour service environnemental c’est la rémunération, par des acteurs privés, de ce que l’homme fait pour la Nature. L’homme tire des bénéfices des systèmes écosystémiques c’est-à-dire ce que la nature apporte pour le bien-être de l’homme : nourriture, climat… L’environnement devient une vraie valeur positive, et un sujet économique durable en tant que fournisseur d’un revenu supplémentaire pour l’entreprise agricole, garant de sa survie dans les territoires.

(cliquez pour agrandir)

En conclusion :
Les agriculteurs ont de tout temps effectué l’entretien et la valorisation des espaces naturels mais ces actions ont été moins pertinentes durant ces dernières décennies pour de multiples raisons. Avec Alli’homme il ne s’agit que de donner du bon sens paysan à ces diverses actions avec la mise en place de ces contrats mais en les rémunérant cette fois.

Faire vivre Alli’Homme

-  c’est donner à l’agriculteur, l’occasion de progresser, à sa mesure sur les actions de transition environnementale tout en donnant une valeur plus importante sur sa place dans son territoire, sur ses produits, tant en terme d’image que de qualité.

-  c’est donner à l’entreprise l’occasion d’externaliser ses actions relatives à la transition écologique et climatique, de donner un sens à sa place dans son territoire d’accueil, d’accroitre le lien de confiance avec ses clients, de montrer sa capacité à innover, et motiver ses salariés et en conséquence d’accroitre la valeur économique de son entreprise.

Plus d’informations sur
contact@allihomme.bzh